AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mary A. Gallagher.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Mary A. Gallagher.   Lun 12 Juil - 22:05


Gallagher, Mary Anna .




Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé.
― Antoine de Saint-Exupéry.


GALLAGHER • MARY ANNA • 21 ANS • ANGLAISE • 21 AOUT 1988 • CELIBATAIRE • TOURISTE • TOURISTS


Mary est une jeune fille qui était partie pour avoir une vie agréable. Née d'une famille aisée, à la campagne, bien entourée, elle était belle, intelligente, pleine de vie et de rêves. Lorsque le soleil se levait au matin, l'enfant aimait aller à l'école. Lorsqu'il était haut dans le ciel, le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire était de jouer avec elle dans les prés avoisinants. Puis, enfin, lorsqu'il se couchait au soir, elle faisait de même et plongeait dans un sommeil profond et paisible. C'était une vie de celles dont on peut rêver adulte, mais dont on ne se rend pas compte de la tranquillité et de la douceur lorsqu'on est enfant. Autour d'elle néanmoins, on lui cachait toutes ces choses. Sa sœur adorait nourrir ses peurs irrationnelles et son frère trouvait son bonheur dans le fait de se battre avec elle. Sa mère l'habillait de belles robes et la faisait aborder la vie avec le sourire. Son père, quant à lui, s'était toujours et avec beaucoup de dévouement fait un plaisir de répondre aux questions qu'elle avait pris l'habitude de poser dans son enfance le plus clairement mais intellectuellement possible pour une petite fille. Chacun de son côté se chargeait de la rendre plus forte.

Puis un jour, elle a déménagé en ville, ou elle a développé son renfermement et son insociabilité. Elle a eu en tout et pour tout une seule amie dans toute son enfance - ce qui représentait cependant à ses yeux un véritable accomplissement, et elle n'avait pas tort. En effet, cette amitié dura et se renforça tandis que l'adolescence approchait dangereusement. Une adolescente qui, vous êtes à deux doigts de le constater, ne serait pas rose.

Sa première année de collège débuta le plus simplement du monde. La désormais jeune fille faisait des efforts, et ça se voyait - tout en restant pour le moins fidèle à elle même. Elle ramenait d'excellentes notes et montrait à qui le souhaitait sa parfaite éducation et sa culture époustouflante. Ses parents envisagèrent même de l'envoyer en école privée - ce qu'elle refusa, incapable de perdre sa seule amie de toujours. Et elle défendit cette cause corps et âme. Jusqu'à ce qu'elle tombe amoureuse. Ce fut le jour où tout s'écroula.

Elle n'eut qu'à ouvrir la bouche, rien qu'une fois, pour qu'on la soupçonne d'avoir lancé une rumeur écœurante au sujet de la femme qu'elle croyait aimer - et aimait sans doute. Ses profs la détestèrent. Pour la première fois depuis qu'on l'avait mise au monde, l'adolescente représentait aux yeux de tous le centre d'intérêt - mais malheureusement pas pour les bonnes raisons. Qu'on lui en veuille ou non, tous les autres élèves savait désormais ce qui s'était passé.

L'année suivante, la collégienne intégra une classe à horaires aménagées au Théâtre, et développa avec son professeur la plus haineuse des relations qu'elle n'avait jamais concrètement vécue. De toute sa vie, jamais l'adolescente n'avait eu à réellement se confronter à quelqu'un d'aussi odieux. Raciste. Homophobe. Névrosé. Mais le pire dans tout cela, c'était qu'elle était la seule de toute sa classe à s'en apercevoir.

L'année d'après fut la plus triste que la jeune ait vécue. Mais aussi la plus enrichissante. Il était donc difficile de dire si c'était un paradoxe ou si les deux thermes ne convenaient pas. Peut-être les deux, qui sait ???

L'adolescente découvrit cette année là que le mariage homosexuel était interdit en France - ainsi que l'adoption et tout ce qui s'en suivait. Révoltée, mais ne pouvant entreprendre de quitter le pays, elle se mit à apprendre l'anglais, épaulée par son excellente professeur dont elle ne tarda à tomber éperdument amoureuse. Puis, ses parents divorcèrent. La collégienne dû alors gérer la tristesse de sa mère face à la joie de son père et sa propre déstabilisation - ce qui ne fut pas une mince affaire. Pendant ce temps, les relations avec sa prof devenaient de plus en plus compliquées. Perdue, elle décida de lui envoyer une lettre pour lui dire ce qu'elle avait sur le cœur. Mais malgré quelques sourires et des explications, rien ne changea réellement, et l'adolescente baissa les bras.

Elle était seule et s'en rendait compte désormais. C'est alors que le fiasco commença. Elle se faisait virer de cours, et virait par la même occasion tous les rêves de sa tête. Sa mère décida alors de déménager à Paris.

Une fois là-bas, la jeune était perdue. Plus seule que jamais. Et ce fut lorsqu'on la refusa au lycée qu'elle compris. Sa vie n'avait plus de sens, avait été gâchée par de stupides histoires d'ado. Elle qui maitrisait maintenant correctement la langue anglaise se débrouilla pour que sa mère décide de l'abandonner en lui faisant subir les pires horreurs qu'on pouvait faire subir à une mère puis se fut accueillir par la première famille qui accepta de la prendre sous son bras. Pendant ce temps, sa mère était placée dans un centre pour la faire guérir de sa dépression. 4 ans plus tard, sa famille décida de la léguer à des Anglais, étant proie à d'énormes problèmes financiers, et sa mère accepta sans broncher, heureuse de se libérer de ce fardeau que représentait l'éducation de sa fille et de ses visites, un peu trop pesantes à son gout. A 18 ans, Mary prit un petit appartement dans la banlieue de Londres et trouva un job dont elle n'était pas vraiment fière pour arriver à joindre les deux bouts. Trois ans plus tard, tenant à sa part du rêve américain et se disant qu'elle n'avait plus grand chose à perdre, la jeune femme prit le premier avion pour la Floride et e dit que désormais, il n'était plus question de faire machine arrière. Et c'est sur cette histoire et tant d'autres que le jour se leva ce matin de mai, le 17, de 2010.


Mary n'a pas été choquée en apprenant la mort de cette femme. Elle avait connu des tas de choses dans sa vie, et ne se sentait nullement impliquée dans cette histoire. Elle venait ici pour se détendre et changer d'air et n'avait pas l'intention de se mêler à quoi que ce soit qui pourrait la mettre dans une situation indélicate. Enfin, pour le moment ...


LIVEJOURNAL


Donc, je m'appelle Mathilde, ou je_suis_chauve sur Twitter. J'ai 13 ans ( mais ce n'est rien par rapport à l'âge que j'avais quand j'ai commencé sur les forums ). Je ne vois pas trop ce qu'il y a d'autre à dire ... J'adore Lily Allen. Je l'aime. Plus que tout. Alors soyez gentils. J'aime Londres aussi, pas plus que tout mais juste en deuxième position. Voilà. What a Face


CRÉDITS DES ICONS ET DE LA BANNIÈRE


Dernière édition par Mary A. Gallagher le Mar 13 Juil - 12:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   Lun 12 Juil - 22:10


    bienvenuuuuuue! I love you
    lily (l)
    tu me réserves un lien dis? *tête de chat potté*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   Mar 13 Juil - 11:08

Hoo, Lilyyyy
Bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   Mar 13 Juil - 14:21

    Oui, ce serait génial, un lien. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   Ven 16 Juil - 14:21

t'aime lily & londres, je réclame un lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   Sam 17 Juil - 10:27

    J'aime les gens qui aiment Lily Allen et Londres, j'accepte ta réclamation de lien. *w*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mary A. Gallagher.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mary A. Gallagher.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hail Mary Pass !
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Demande pour la jeune Mary
» Le guide anti Mary Sue, ou les trucs à éviter pour ne pas devenir un boulet.
» Bloody Mary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
― LETHAL SUMMER BREEZE; :: FIRST OF ALL • :: ― THIS IS SO LAST YEAR ;-
Sauter vers: